Le continent africain est de plus en plus exposé à la menace terroriste

Le Conseil de sécurité des Nations unies a exprimé en octobre dernier son inquiétude face aux néfastes répercussions que les actes terroristes (ou encore actes djihadistes) ont sur la sécurité et la paix en Afrique. Les membres du conseil appellent particulièrement à échanger de meilleures pratiques et à mener des activités de renforcement des capacités. Ceux-ci mentionnent également une meilleure exécution de plans d’action et de stratégies régionaux et nationaux axés essentiellement sur la prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme. De plus, ils préconisent de détecter les actes terroristes grâce notamment à l’utilisation de bases de données multinationales et d’infos sur les déplacements, à l’échange de bonnes pratiques sur la gestion et la sécurité des frontières.

      Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent

Les chefs de l’Etat du Niger (Muhammadu Buhari), du Togo (Faure Gnassingbé), du Bénin (Patrice Talon), et du Burkina Faso (Roch Marc Christian Kaboré) se sont rencontrés la semaine dernière à Ouaga dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Ces derniers veulent conjuguer leurs efforts et envisagent de mener prochainement des actions concrètes.
Il est important de souligner que le Burkina Faso est, depuis plusieurs mois maintenant, le nouveau bastion du terrorisme. Ce pays est propice à l’expansion du djihadisme. C’est dans cette région qu’on trouve les parcs de la Pendjari et du W. Des zones prisées par les terroristes. La nouvelle cheffe du gouvernement togolais, madame Victoire Dogbé, promet des actions fortes dans les prochaines semaines.
En matière de lutte contre le terrorisme et de sécurité, l’Hexagone est engagé aux côtés des pays d’Afrique, particulièrement au Sahel (à savoir le Tchad, le Sénégal, le Nigéria, le Niger, la Mauritanie, le Mali, Guinée, Gambie, le Cameroun ou encore le Burkina Faso) à travers son soutien au G5. “La sécurité et la paix de l’Afrique déterminent notre stabilité”, a ajouté Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français.
A travers des actions de savoir-faire, de partage, de formation, et de conseil, la France soutient la coopération entre les pays d’Afrique dans des domaines aussi bien divers que la lutte contre la piraterie maritime et la cybersécurité.
Il est à noter que les groupes djihadistes opérant sur le continent se raccrochent à Daech et à Al-Qaeda et ont des liens avec les organisations criminelles organisées. “Notre première priorité doit être de construire une approche globale de la lutte contre le terrorisme, en répondant à toutes les causes du phénomène et en impliquant tous les acteurs”, a déclaré le chef de l’Etat togolais.