Au Togo, la Covid-19 a accéléré la mise en place d’un RUS

Cette disposition d’urgence pourrait se pérenniser (rendre durable) et inspirer d’autres programmes d’allocation universelle (montant d’argent versé par une communauté politique à tous ses membres) en Afrique. Il est important de rappeler que les femmes sont les plus concernées par le revenu de base, également connu sous le nom de ‘allocation universelle’, parce que celles-ci travaillent généralement dans le secteur informel.
9-4-4-2… Quatre numéros qui ont permis aux cuisinières, aux couturières ou aux vendeuses de rue de continuer à nourrir leurs familles au plus fort du nouveau coronavirus – pire ennemi de l’humanité. Ces femmes pourront ainsi profiter d’un revenu minimum en composant ces chiffres sur leur smartphone.
Lancé en juin 2020 par le gouvernement de Faure Gnassingbé, Novissi, nom de ce mécanisme 100 % numérique, a touché plus de 69 000 Togolais entre le 20 juin et le 5 juillet, date de la levée des couvre-feux sur tout le territoire.
Le gouvernement togolais, accompagné de bailleurs comme l’Agence Française de Développement, a lancé le programme Novissi en juin dernier. Celui-ci vise essentiellement à fournir des soutiens financiers mensuels aux personnes les plus vulnérables, et ceci tout au long de l’état d’urgence. “Afin de parvenir en aide aux familles et personnes les plus vulnérables qui ont déjà perdu ou risqueraient de perdre leur revenu, à cause de l’adoption des mesures de riposte contre la pandémie du siècle de la Covid-19, l’Etat togolais met en place ‘Novissi’, un prog de transferts monétaires”, a précisé madame Victoire Dogbé, la nouvelle première ministre.

        12. 8 milliards de Francs CFA distribués

Nombre de personnes enregistrées : 2 569 850 ; nombre de prestataires : 795 620 ; répartition des bénéficiaires par genre : hommes (280 000)/ femmes (485 620) ; somme globale versée : 12 898 569 100 de Francs CFA.
L’inscription, comme d’ailleurs le versement des allocations sur le portefeuille électronique des prestataires, se faisait sur téléphone mobile. Les intéressés devaient, pour se soumettre une demande d’indemnisation, indiquer leur lieu de résidence, expliquer leur profession et prouver qu’ils étaient majeurs et togolais au moyen de leur carte d’électeur.
Les femmes ont pu toucher une indemnité supérieure à celle des hommes : 485 620 de Francs CFA mensuels, contre 280 000 de Francs CFA pour les hommes.
Au total, près de 13 milliards de Francs CFA (soit 12. 8 milliards de Francs CFA) ont été ainsi distribué à la République togolaise par Novissi durant les quatre mois de l’état d’urgence sanitaire. Une somme financée par l’AFD.

Togo News : séminaire gouvernemental pour définir la feuille de route du nouveau quinquennat

Le nouveau gouvernement sous l’égide du chef de l’Etat Faure Gnassingbé entame ce vendredi 16 octobre, le premier séminaire gouvernemental pour permettre aux nouveaux ministres de prendre connaissance des priorités et des dossiers.
Le Gouvernement de Victoire Dogbé (Première femme à prendre la tête du gouvernement) prend l’engagement, de travailler d’arrache-pied, à atteindre les nouveaux objectifs, formulés dans la nouvelle feuille de route du quinquennat 2021-2026. C’est pour dire un véritable contrat de performance que le président du Togo a fait signer à la grande majorité des 42 ministres du nouveau gouvernement pour qu’ils s’engagent à la concrétisation (réalisation) de ces ambitions. La feuille de route du nouveau quinquennat 2021-2026 s’articule autour de 3 principales orientations : la dynamisation de la création d’emplois, la consolidation de la paix, et le renforcement de l’harmonie et de l’inclusion sociales. Il s’agit ainsi des objectifs portés par le pays via le PND (Plan National de Développement). Ces orientations se déclinent en 53 réformes et projets, et en 15 ambitions. Le Document de Politique Générale a été présenté la semaine dernière par madame Victoire Dogbé, première femme à la tête du gouvernement.

         Plan National de Développement (PND) : 350 000 emplois créés ?

Le PND 2018-2022 a-t-il déjà permis de générer 350 000 emplois ? C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre la première cheffe du gouvernement togolais. “Nous avons déjà réalisé sous le Plan National de Développement, 350 000 emplois indirects et directs, malgré le contexte sanitaire difficile”, a-t-elle ajouté.
La Ministre en charge de la jeunesse et de l’emploi des jeunes reconnaît cependant que l’atteinte des objectifs du PND pâtira du choc sanitaire. Le PND 2018-2022 est fondé sur les résultats de la Stratégie de promotion de l’emploi et de croissance accélérée menée par le gouvernement de 2013 à 2017. Son but global est de transformer l’économie pour que le Togo installe une croissance inclusive, durable, forte, créatrice d’emplois décents pour tous et induisant ainsi l’amélioration du bien-être social. Soit, d’ici fin 2021 : une croissance du Produit Intérieur Brut de 9 %, générant 400 000 emplois indirects et directs, permettant de faire progresser l’indice de développement humain de près de 21 %, et de réduire l’incidence de la pauvreté monétaire à 52 % de la population.
Coût global du plan : 5 800 milliards de Francs CFA, dont 2 100 milliards financés par l’Etat et 1 500 milliards par le secteur privé. Celui-ci repose sur trois axes stratégiques, autour desquels s’articulent des projets prioritaires.

Togo News : qui est Dogbé Victoire, la nouvelle Première ministre ?

Victoire Dogbé, 62 ans, est la 1ère femme à prendre la tête du gouvernement à la République togolaise. Ainsi, elle emboîte le pas à Raponda Christiane, nommée en août dernier, Première ministre du Gabon. Cette dernière a prononcé, le samedi 3 octobre dernier, sa déclaration de politique générale. La nomination de celle-ci intervient huit mois après les dernières présidentielles, qui se sont tenues le 20 mars dernier et à l’issue de laquelle Gnassingbé Faure (le fils de Gnassingbé Eyadema) a été réélu pour un 4e mandat. D’après le gouvernement togolais, un délai justifié par le nouveau coronavirus, la pandémie du siècle. Son prédécesseur, Komi Sélom Klassou, n’était resté en fonction que pour diriger les affaires courantes, et le nom de madame Dogbé circulait depuis plusieurs mois en coulisses. L’ancienne Ministre de l’Artisanat, du Développement à la Base, et de l’Emploi des Jeunes a d’ores et déjà formé son nouveau gouvernement.

         Togo : le nouveau Gouvernement en place

Pour une surprise, s’en est bien une ! Le nouveau gouvernement a été rendu public bien avant 19 heures ce lundi. Une équipe d’une quarantaine de membres. Universitaires, technocrates et politiques y ont trouvé une belle part. 15 femmes seront ainsi aux côtés de Victoire Dogbé.
– Ministre SG du gouvernement : M. Kanka-Malik Natchaba ;
– Ministre délégué auprès du Ministre de l’hygiène publique, de la santé et de l’accès universel aux soins : Dr Agba Akla Assih ;
– Ministre délégué auprès du Ministre de l’artisanat, des enseignements technique, secondaire et primaire : EKE Aubin ;
– Ministre délégué auprès du ministre de la décentralisation, de l’administration territoriale, et du développement des territoires, chargé du développement des territoires : Essohanam Edjeba ;
– Ministre de l’urbanisme, de la réforme foncière et de l’habitat : Koffi Tsolenyanu ;
– Ministre des travaux publics : Zouréhatou Tchakondo ;
– Ministre des transports aérien,ferroviaire et routiers : Affoh Atcha-Dedji ;
– Ministre des loisirs et des sports : Kama Lidi Kadjaka Gbessi (Médecin-Commandant)
– Ministre de la protection civile et de la sécurité : Général Damehane Yark ;
– Ministre de l’hygiène publique, de la santé et de l’accès universel aux soins : Mijiyawa Moustafa ;
– Garde des sceaux, ministre de la justice et de la législation : Pius Agbetome ;
– Ministre du travail, de la fonction publique et du dialogue social : Gilbert Bawara ;
– Ministre des ressources forestières et de l’environnement : Katari Foli-Bazi ;
– Ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur : Prof Ihou Wateba ;
– Ministre de la transformation digitale et de l’économie numérique : Cina Lawson ;
– Ministre des finances et de l’économie : Sani Yaya ;
– Ministre de l’hydraulique villageoise et de l’eau : Bolidja Tiem.

Togo News : la nouvelle Première ministre décline sa feuille de route

Le nouveau gouvernement est désormais connu au Togo. Victoire Dogbé, la nouvelle Première ministre, est allée ce vendredi matin devant le Parlement pour la déclaration de politique générale. Un programme que celle-ci veut axer sur la modernisation et le développement. L’ancienne ministre de développement à la base, de l’Artisanat et de l’Emploi des Jeunes, a pris ses fonctions dans la foulée. Celle-ci a été nommée Premier ministre le mardi 29 octobre dernier. La succession devrait être dans les cartons depuis un moment déjà.

      Le gouvernement Dogbé publié ce vendredi 9 octobre

Le pays a désormais un nouveau gouvernement et il compte en tout 38 membres, y compris ceux rattachés à la présidence.
Des nouveaux venus dans le gouvernement : particulièrement Myriam de Souza-D’Almeida, au développement à la base, en succession de l’actuel Premier ministre, Wateba Ihou, occupe le portefeuille de la Recherche et de l’enseignement supérieur, et Gnakade Marguerite (au Ministère des Armées). Cette dernière était à l’avant-poste de la riposte contre le nouveau coronavirus, la pandémie du siècle. On compte aussi 2 autres universitaires : Ayewouadan Akodah, Agrégé de droit, et le Président de l’Université de Lomé, Komla Dodzi Kokoroko. Au titre des sorties, on notera particulièrement Bataka Koutéra, qui était au secteur de l’agriculture (production halieutique et animale), il est remplacé par Antoine Lekpa Gbegbeni.
Dans ce nouveau gouvernement, on compte en tout 12 femmes. Plusieurs figures du gouvernement Klassou II ont été reconduites (Ministre de l’hydraulique villageoise et de l’eau : Bolidja Tiem ; Ministre de l’hygiène publique, de la santé et de l’accès universel aux soins : Mijiyawa Mustafa ; Ministre de la protection civile et de la sécurité : Général Damehane Yark ; Ministre de la transformation digitale et de l’économie numérique : Cina Lawson ; Ministre des finances et de l’économie : Sani Yaya ; Garde des sceaux, ministre de la justice et de la législation : Pius Agbetome ; Ministre des ressources forestières et de l’environnement : Katari Foli-Bazi ; Ministre SG du gouvernement : M. Kanka-Malik Natchaba ; Ministre délégué auprès du ministre de la décentralisation, de l’administration territoriale, et du développement des territoires, chargé du développement des territoires : Essohanam Edjeba ; Ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur : Prof Ihou Wateba ; Ministre délégué auprès du Ministre de l’artisanat, des enseignements technique, secondaire et primaire : EKE Aubin, Ministre de l’urbanisme, de la réforme foncière et de l’habitat : Koffi Tsolenyanu ; Ministre des loisirs et des sports : Kama Lidi Kadjaka Gbessi (Médecin-Commandant), etc.).
La nouvelle Première ministre, Victore Dogbé,  a appelé à l’écoute, à la concertation et à des décisions courageuses au profit des populations en quête de développement.

Côte d’Ivoire, Togo, Sénégal : ce que changent les PIB ‘rebasés’

Un bond soudain du Produit Intérieur Brut de 46 % en Côte d’Ivoire et de 32 % au Sénégal, sans changement de l’économie : décryptage des enjeux et raisons derrière les nouveaux calculs des pays d’Afrique.
Les profanes sont surpris quand un pays comme la République togolaise annonce, en août dernier, que son PIB (Produit Intérieur Brut), autrement dit sa production annuelle de richesses, est supérieur de 48 % à ce que les statisticiens estimaient jusque-là.
Tandis qu’il était de 4 120 milliards de Francs CFA dans l’ancien SCN (système de comptabilité nationale), le Produit Intérieur Brut du pays de Faure Gnassingbé en 2019 est évalué désormais à 5 390 milliards de Francs CFA dans le nouveau système de comptabilité nationale. De même pour cette année, les prévisions se chiffrent à 5 960 milliards de Francs CFA. Cette appréciation est attribuée particulièrement à l’amélioration des sources de données avec une importante couverture des cibles, notamment des activités formelles qui n’étaient pas prises en compte dans l’ancien SCN, selon Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat togolais.
Cette mise à jour des modes de calcul des comptes nationaux intervient tandis que le gouvernement du pays est en train de revoir le PND (Plan National de Développement). Le déploiement de celui-ci est perturbé par les conséquences du coronavirus, pandémie du siècle.

      Embellie du Produit Intérieur Brut (PIB)

Avec la réévaluation, le PIB du pays bondit de 48 %, ce qui accroît les capacités d’endettement du Togo. Après la Côte d’Ivoire en 2017 et le Sénégal en juillet dernier, c’est au tour du Togo de réévaluer son Produit Intérieur Brut. Cette réévaluation, annoncée le 15 août, découle de la modification par l’INSEED (Institut national de la statistique et des études démographiques et économiques) de l’année de base utilisée par le calcul des comptes nationaux.
“La réévaluation permettra donc au pays de mieux rendre compte de la réalité de son économie”, a ajouté Victoire Dogbé, la nouvelle Première ministre.
Résultat : le PIB du Togo fait un bond de 48 %. Ce bond est ainsi supérieur à la moyenne des pays de la région. Il est important de noter que “le rebasage améliore l’évaluation que les investisseurs et les partenaires font de l’économie togolaise”.
Cette réévaluation permettra donc le respect du programme avec le Fond Monétaire International et le reprofilage de la dette du pays.

Cancer du sein : le Togo propose un dépistage gratuit !

Au Togo, quelque 5 000 femmes meurent chaque année du cancer du sein. A l’instar du continent africain, le pays a du mal à gérer la maladie. C’est Octobre rose, un mois entier dédié essentiellement à la prévention contre le cancer du sein.
Tandis que le mois d’Octobre est consacré à la sensibilisation des femmes au cancer du sein (touchant de plus en plus de femme en Afrique), le pays de Faure Gnassingbé en profite pour lancer, dans tous les cliniques et hôpitaux, une campagne de dépistage gratuit.
Il était temps… dans une région où près de 5 000 Togolaises meurent de cette maladie chaque année. Quelques jours après le lancement des premières cliniques mobiles et trois ans après avoir créé l’INC, le pays veut désormais accélérer la lutte contre les cancers (notamment le cancer du sein, cancer du col de l’utérus).
A noter que les hôpitaux et les cliniques proposent jusqu’au 20 novembre prochain un dépistage gratuit du cancer du sein.
D’après Victoire Dogbé, ce cancer est une tumeur maligne (dont la tendance est à une croissance rapide et à une généralisation) se caractérisant par la présence d’une grande boule dans les seins. Le nombre alarmant de morts à la République togolaise s’explique particulièrement par un retard de dépistage. Le cancer du sein peut, quand il n’est pas diagnostiqué à temps, entraîner la mort des femmes atteintes. Mais si cette maladie est le plus répandue dans le monde, c’est également l’un des cancers qu’on soigne le mieux.

Le cancer du sein touche plus de 5 000 Togolaises chaque année

La faute au retard du dépistage ?
C’est le cancer féminin le plus fréquent. Tandis que les maladies cardiovasculaires (qui touchent essentiellement les vaisseaux sanguins alimentant le muscle cardiaque ; ensemble de troubles affectant les vaisseaux sanguins et le coeur) tuent plus que tout en Afrique, notamment au Togo et en Côte d’Ivoire, le cancer du sein touche près de 5 000 Togolaises. Ce pays diagnostique, chaque année, 15 000 nouveaux cas de cancers. Ce chiffre alarmant pourrait même être revu à la hausse étant donné que le cancer du sein pourra concerner 6 500 Togolaises, selon le Professeur Moustafa MIJIYAWA, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique.
Ce cancer est l’une des priorités du gouvernement togolais qui intensifie les campagnes de sensibilisation dans l’ensemble du territoire. Mais quoique la prévention puisse diminuer le nombre de cas, le dépistage précoce est l’unique moyen de lutter contre le cancer du sein.

Togo News : une production céréalière attendue à 2. 3 millions de tonnes (+ 4 %) pour la campagne 2020-2021

La production céréalière de la République togolaise, pour la prochaine campagne agricole 2020-2021, est attendue à 2. 3 millions de tonnes, en hausse de 3 % par rapport à la campagne 2019-2020.
La campagne 2019-2020 avait ainsi permis d’atteindre 1. 9 millions de tonnes. Ces perspectives de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture seront ainsi portées par des conditions climatiques très favorables (agréables), particulièrement de bonnes pluies – ainsi qu’à fourniture satisfaisante en intrants, par l’Etat et des acteurs privés.
Selon Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat togolais, la production de maïs devrait en principe atteindre 870 000 tonnes, soit 5 % de plus qu’en 2019-2020, où elle était de 846 000 tonnes. Le riz Paddy est l’autre céréale de 1er plan attendue pour suivre cette tendance. D’après les projections, celui-ci devrait augmenter à 250 000 tonnes, soit 4 % de plus que les 210 000 tonnes récoltés au cours de cette saison 2019-2020.
En outre, à l’opposé du riz et du maïs, le sorgho (ou le sorgo commun : Riche en fer, en calcium et en phosphore) devrait, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, connaître un recul, avec une diminution annuelle de plus de 12 %.
En effet, la production devrait dévisser, passant ainsi de 350 000 tonnes cette année, à 326 000 tonnes.

La production céréalière tient tête au nouveau coronavirus

Au Togo, la production céréalière résiste à la crise liée au nouveau coronavirus, pandémie du siècle. Le pays de Faure Gnassingbé a ainsi appuyé les producteurs tout en leur fournissant des produits phytosanitaires, des engrais, des semences améliorées, ainsi que des services de mécanisation agricole grâce essentiellement à un système de crédit à taux 0.
Malgré la Covid-19 (pandémie mondiale apparue en décembre dernier en Chine, principalement à Wuhan) et ses pressions sur les divers secteurs de l’économie, la production céréalière du pays de Faure Gnassingbé s’en sort tout de même par le haut.
Les perspectives sont plutôt excellentes pour l’an 2020. Les précipitations ont en effet été supérieures à la moyenne dans la majorité des régions depuis avril, ce qui a permis de démarrer à bonne date les cultures et de favoriser le développement des cultures , particulièrement dans le sud du pays. Par ces bonnes conditions, la sécurité alimentaire reste ainsi favorable grâce principalement à la stabilité relative des prix, au fonctionnement régulier des marchés, et une disponibilité alimentaire adéquate.

Togo News : une application pour un système d’adressage digital

La société des postes du Togo (SPT) lance un appel à candidatures afin de recruter un cabinet capable de développer une application multi-plateforme lui permettant d’implanter un système d’adressage numérique géolocalisé. La poste ambitionne ainsi de mettre en œuvre une nouvelle application afin de lui permettre d’exploiter un système d’adressage numérique, basé principalement sur la géolocalisation dénommé «Plus codes». Ce nouveau système sera développé par Google.
L’application utilise le partage de l’adresse numérique par plusieurs canaux (whatsapp, mail, sms, etc.) et intégrera Google Map comme carte principale. Le dépôt des candidatures est prévu au 30 octobre 2020 au plus tard.
Il est important de rappeler que la SPT a mis en œuvre en mars dernier l’E-poste, une nouvelle solution de paiement en ligne. L’organisme spécialisé dans l’offre de produits et services financiers dédie cette nouvelle plateforme aux paiements de la facture de la «Société togolaise des eaux» (TDE) et de la «compagnie énergétique électrique du Togo» (CEET). «Payez désormais vos factures CCET et TDE sans frais via la plateforme E-poste», déclare le président de la société des postes du Togo.
La SPT a ainsi franchi un nouveau palier, avec cette application téléchargeable sur Google Play, dans le cadre de l’affermissement de sa collaboration avec la TDE et CEET. Avec cette nouvelle réforme qui vise principalement à faciliter la vie à la clientèle de la Société togolaise des eaux et de la compagnie énergie électrique du Togo, le pays de Faure Gnassingbé fait un pas de plus dans sa mutation vers la dématérialisation.

Suppression des frais supplémentaires sur les factures d’électricité à la poste

Les maires de la capitale togolaise sont réunis ce jeudi 1e octobre, dans une session de travail afin de faciliter l’adressage des habitats et le repérage des citoyens, dans les diverses communes de Lomé. La rencontre s’inscrit dans le cadre du PEUL. Il est important de rappeler que le Projet Environnement Urbain de Lomé est financé par l’AFD (Agence française de développement). Celui-ci est prévu pour durer quatre ans.
Il s’agit essentiellement d’optimiser les capacités de maîtrise d’ouvrage de la municipalité de la capitale togolaise. Le Projet Environnement Urbain de Lomé veut aussi réorganiser les services municipaux, renforcer la planification urbaine, restaurer la fiscalité locale et les finances. «Le PEUL vise essentiellement à améliorer les capacités de mobilisation financière de la municipalité, à mettre en place une filière intégrée de gestion des déchets solides, et enfin, à lutter efficacement contre les inondations grâce à l’augmentation des capacités de rétention du système lagunaire », Souligne Faure Gnassingbé , le chef de l’Etat togolais.

La République togolaise valide sa Politique nationale de justice

Le pays de Faure Gnassingbé valide ce jeudi 1e octobre 2020 sa PNJ (Politique Nationale de Justice), une palette de textes portant sur les actions prioritaires et les orientations stratégiques du secteur pour le Togo. Le but ? Rendre l’appareil judiciaire indépendant, et encore plus efficace. C’est au profit d’une rencontre, ouverte mercredi 30 septembre 2020, par le chef de l’Etat togolais que les acteurs de la chaîne ont donc pu passer en revue et valider le doc final. Il est important de rappeler que ces travaux s’inscrivent dans le cadre du PASJ (Programme d’appui au secteur de la justice : ayant pour objectif principal de contribuer à sa modernisation pour renforcer la performance, l’accès et la qualité de la justice à la République togolaise pour toute la population). Ceux-ci ont été lancés par le ministre de la justice et garde des Sceaux, Agbetomey Pius. D’après monsieur Agbetomey, la rencontre est un rendez-vous crucial pour le secteur. Une fois validé, le dossier devrait en effet constituer un cadre structurant pour guider tous les programmes, projets et actions du secteur de la justice à la République togolaise. La mise en place de cette politique nationale de la justice s’étendra, selon le ministre de tutelle et garde des Sceaux, sur une période de six ans. A noter que l’élaboration de la PNJ a bénéficié de l’appui de l’UE.

Victoire Dogbé, Nouveau Premier ministre du Togo

C’est une première dans l’histoire du leadership féminin au Togo. Ministre du développement à la base, de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et de l’Artisanat, cumulativement avec ses fonctions de directrice de cabinet du président Faure Gnassingbé, Victoire Dogbé est nommée Premier ministre. La cérémonie de passation de service avec Klassou Komi, son prédécesseur, s’est tenue mardi 29 septembre 2020, quelques jours après l’officialisation de sa nomination par le chef de l’Etat togolais.
Celle-ci aura alors pour mission principale de gouverner le pays au moment où il est frappé par la crise économique mondiale provoquée par la Covid-19, pandémie du siècle. Elle devra nommer un nouveau gouvernement.
C’est une première pour le pays, d’avoir une femme à la tête du gouvernement. Ce changement important dans l’organigramme du pays, est le point d’orgue de palettes de nomination : celles des ministres déléguées Kanka-Malik Natchamba au poste de SG de gouvernement, et Sandra Ablamba Johnson, à celui de SG de la présidence.

Togo : le président de la République limoge le Commisaire Adoyi

Selon l’actualité politique au Togo révélée par Togo News, le Commissaire des impôts à l’Office Togolais des recettes, Esso-Wavana Adoyi, a été limogé de ses fonctions suite à la demande du président de la République, Faure Gnassingbé.
D’après le journal togolais en ligne, la note portant sur le limogeage du Commissaire des impôts à l’OTR, constitue un décret signé par le Chef d’État et rendu public depuis le 9 septembre dernier dans la capitale togolaise.

         Les raisons du limogeage de Esso-Wavana Adoyi

Il est essentiel de mentionner que cette décision intervient, alors que le gouvernement reste focaliser sur sa lutte active contre l’expansion de la pandémie à Lomé, ainsi qu’à d’autres localités du pays et les villes qui sont plus à l’intérieur.
D’après, Togo News, les raisons du limogeage du Commissaire des impôts à l’OTR faisant partie du parti au pouvoir, n’ont pas été mentionnées au niveau du décret. Toutefois, plusieurs suppositions assurent que cette décision serait en liaison avec la cérémonie organisée par Adoyi pour le mariage de son fils. En effet, en fin de la semaine dernière, la cérémonie organisée dans la capitale togolaise pour fêter le mariage du fils du Commissaire des impôts à OTR avait drainé un grand nombre de personnes. Ces faits n’ont pas été appréciés par le gouvernement surtout en ces temps de lutte active que mènent les autorités togolaises contre la pandémie du Coronavirus.
Il est important de rappeler que le président de la République, Faure Gnassingbé à veiller à mettre en place une série de mesures sanitaires qu’il est essentiel de respecter par les citoyens togolais afin de pouvoir juguler la pandémie du Covid-19. Parmi ces mesures l’interdiction de se rassembler en masse. En outre, selon les informations partagées dans différents journaux togolais en ligne, le mariage du fils de Adoyi a eu place après que le Commissaire, ainsi que plusieurs cadres de la préfecture de Tchaoudji ont effectué une tournée dans différents quartiers afin de sensibiliser la population au respect des mesures sanitaires et des gestes barrières.
Par ailleurs, la date du limogeage coïncide exactement avec la date de la mise en cause de Adoyi dans une affaire avec l’entreprise de téléphonie Mobile Moov, qui a eu lieu l’année dernière, selon un journal de la place.

      Un petit rappel

Il est important de mentionner que le Commissaire des impôts à l’Office Togolais des recettes, Esso-Wavana Adoyi a été nommé en 2014 à la tête de OTR suite à la fusion de la Douane et des Impôts durant la création de l’OTR. Ainsi Esso-Wavana Adoyi a été chargé de gérer la fiscalité intérieure.